CHAMBRE DES REPRESENTANTSPARLEMENTCHAMBRE DES CONSEILLERS

Bureau de la Chambre des Représentants

Actualités

M.El Malki appelle à des législations nationales favorables à une migration sûre et régulière

> 09/05/2018
  • Le Président de la Chambre des Représentants, Habib El Malki, a appelé, mercredi à Rabat, les parlements à promulguer des législations nationales nécessaires en matière d'adoption du Pacte mondiale pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.
  • Le Président de la Chambre des Représentants, Habib El Malki, a appelé, mercredi à Rabat, les parlements à promulguer des législations nationales nécessaires en matière d'adoption du Pacte mondiale pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Le Président de la Chambre des Représentants, Habib El Malki, a appelé, mercredi à Rabat, les parlements à promulguer des législations nationales nécessaires en matière d'adoption du Pacte mondiale pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Dans une allocution lue en son nom lors d'une conférence internationale sur le thème "Migration et intégration", organisée à la Chambre des représentants, M. El Malki a plaidé en faveur de l'élargissement du cercle des personnes qui croient en la valeur ajoutée et les bienfaits de la migration, précisant que les migrants, contrairement aux stéréotypes et préjugés, contribuent aujourd'hui à la prospérité des pays d'accueil à travers le renforcement de leur économie.

Il a, dans ce sens, estimé que les migrants constituent une main d’œuvre active qui possède des compétences intellectuelle et scientifique ainsi que des potentialités, ajoutant que la migration, en tant que phénomène humain mondiale, interroge la communauté internationale sur sa capacité d'assumer la responsabilité commune relative à la gestion des flux migratoire et cerner les causes et les défis croissants inhérents à la gestion de ce phénomène, à savoir les guerres, les changements climatiques, le chômage et la famine.

S'agissant du continent africain, M. El Malki a souligné la nécessité de promouvoir les ressources humaines de l'Afrique, d'exploiter ses richesses et de préserver ses compétences pour éviter toutes pertes dues à l'exode des cerveaux africains.

De son côté, le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq a souligné que la problématique de la migration au Maroc s'inscrit dans le cadre d'une vision globale et d'un projet sociétal visant à consolider l'édification démocratique, notant que le Royaume considère que l'intégration commence par la préservation de la dignité en offrant à tout migrant qui a décidé de s'installer au Maroc une situation régulière à l'instar des autres citoyens.

A cet effet, il a fait savoir que le Maroc a géré cette étape sous ses aspects administratif et juridique avec une vision humanitaire et un engagement total de toutes les obligations internationales sur le plan des droits de l'Homme.

M. Benatiq a, également, indiqué que grâce à la vision proactive de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc est passé d'une perception traditionnelle de la migration vers une vision stratégique, ajoutant que le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a été chargé d'élaborer un rapport de synthèse sur la situation des migrants au Maroc, qui, selon lui, a été une référence pour un nombre de pays.

Il a, également, rappelé que le nombre de migrants internationaux en 2017 a atteint environ 258 millions dont la moitié sont des femmes et des enfants, ajoutant que les migrations mondiales contribuent avec 9,5% du produit intérieur brut (PIB) et que 85% des revenus des migrants restent dans les pays d'accueil. Selon l'Organisation mondiale pour les migrations (OIM), sur les 32 millions de migrants africains qui ont pris la route, la moitié d’entre eux ont posé leur sac sur leur continent, soit une migration Afrique-Afrique, a-t-il dit.

Pour sa part, le président du CNDH, Driss El Yazami, a souligné que tous les pays, y compris ceux du sud, sont appelés à mettre en place des politiques intégrées en matière d'immigration et d'asile basée sur les droits de l'Homme.

Il a, également, plaidé pour la non-politisation de la question de la migration et d'adopter une approche humanitaire et de droit, mettant en avant les avantages de la migration qui ne se limitent pas au domaine économique.

L'ambassadeur d'Allemagne à Rabat, Götz Schmidt-Bremme, a, quant à lui, réitéré le soutien de son pays aux grands efforts consentis par le Royaume dans le domaine de la gestion de la migration, relevant la nécessité de créer un climat qui favorise un scénario positif lié à la migration.

Il a, par la même occasion, rappelé que le Maroc abritera en partenariat avec son pays, les travaux du Forum mondial sur la migration et le développement, dont le 11ème Sommet se tiendra à Marrakech, du 5 au 7 décembre 2018.

Cette conférence a pour but d'offrir un espace de dialogue et de débats sur les opportunités et les défis liés à la migration et l'intégration des migrants au niveau national, régional et international, alors que le Maroc se prépare à abriter la Conférence internationale sur la migration de 2018, au terme de laquelle sera adopté la Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières et le Forum mondial sur la migration et le développement .

(MAP)

Contactez nous